Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Yamas 2022

navigations en mer Egée

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Après cette belle étape à Lipsi, nous poursuivons vers le Sud, en direction de l’île de Leros. Etant donné qu’un petit coup de vent s’annonce, nous irons directement à Leros Marina, une marina privée un peu chicos, mais cela nous permettra de faire le plein de gasoil et d’eau. Et aussi de retrouver nos amis, Christine et François, qui s’apprêtent à sortir leur bateau de l’eau pour l’été.

La ville de Lathi, capitale de l’île n’est qu’à 30 min de marche et nous partons donc à pied à sa découverte. Lathi est une ville portuaire fondée en 1930 par les italiens, ville modèle habitée principalement à l’époque par des militaires. L’île de Leros est restée italienne jusqu’en 1947 avant d’être transférée à la Grèce.

La « patte » italienne ne passe pas inaperçue au niveau de l’architecture. Nous avons apprécié ses avenues arborées, certaines belles maisons de maître et la possibilité de se ravitailler en produits frais.

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

La soirée s’est bien entendu passée avec nos amis. Nous avons choisi de tester le restaurant de la marina : service très soigné, sans doute un peu trop pour une clientèle de marina, repas délicieux et soirée bien sympathique.

Et nous sommes prêts pour les futurs apéros !
Et nous sommes prêts pour les futurs apéros !

Et nous sommes prêts pour les futurs apéros !

Le lendemain, nous avons été ravitaillés en eau et gasoil dès le matin, les camions sont loin de nous et il faut tirer un très long tuyau pour arriver jusqu’à Yamas !

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Dès que le ravitaillement est terminé, nous larguons les amarres pour aller au mouillage juste en face, derrière le quai des ferries. Très jolie baie de Koulouki, avec à nouveau un accès facile à la ville de Lathi.

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Un gros bémol à cette très jolie petite île : le camp de réfugiés que nous apercevons juste en face de l’autre côté de la baie. Impossible de le louper, il est éclairé de façon ostentatoire la nuit, une véritable prison financée par l’UE, un scandale ! Pour fuir la guerre, l’insécurité ou la misère, ces personnes ont pris des risques incommensurables pour se retrouver « derrière des barreaux » en Europe, comme des criminels !

Vue sur le camp de réfugiés depuis le bateau

Vue sur le camp de réfugiés depuis le bateau

Nous voilà partis pour le ravitaillement, y compris une bonbonne de gaz. Ce sera un très long trajet à pied pour trouver la station-service qui vend les bonbonnes, puis un arrêt au supermarché Kritikos. Le retour au bateau sera à nouveau un trajet difficile car nous (André en fait !) sommes chargés comme des mules !

Nadine passe la porte d’une bijouterie, à la recherche d’un réparateur, et tombe sur un bijoutier qui parle français ! Sa maman est belge, il a vécu toute son enfance à Lubumbashi, bref, on a bien papoté……et du coup, il va non seulement réparer un bracelet mais aussi reproduire une boucle d’oreille en or perdue, à haute valeur sentimentale.

Ce soir-là, Christine et François nous emmènent en voiture de l’autre côté de l’île, à Vromolithos pour un repas en taverne en bord de mer. Encore une très chouette soirée ; nous regretterons ces moments d’amitié.  

Le lendemain, nous contournons l’île par le Sud pour aller mouiller dans la baie de Vromolithos, découverte la veille. Nous avons un gros vent du Nord dans le nez à la remontée et nous mouillons l’ancre à côté de gros voiliers, avec une très belle vue sur le château et les moulins éclairés la nuit. François et Christine viennent à bord pour un dernier repas ensemble, ils partiront le lendemain pour la France.

Au loin, le château et les moulins
Au loin, le château et les moulins
Au loin, le château et les moulins

Au loin, le château et les moulins

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Après une nuit bien calme, et comme il n’y a pas de vent du nord, nous pouvons remonter vers l’île d’Arki. On choisit de mouiller sur bouée devant la petite île de Marathos, située juste en face de la ville d’Arki. C’est magnifique ! Sur la rive, il y a 3 tavernes : une chicos (qui nous permet de nous mettre à sa bouée sans contrepartie !), une moins chicos à la déco sympa et une troisième pas sympa, puisque lorsque nous nous en approchons par la plage, une femme nous crie dessus avec de grands gestes des mains à cause du chien ! Nous découvrirons le lendemain, qu’elle a elle-même 3 horribles roquets aux aboiements épouvantables ! Ulysse les ignorera royalement !

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

On fera de belles promenades parmi les chèvres et on découvrira un tout nouveau centre de désalinisation dédié à la petite île de Marathos. Le soir, un repas à la taverne « moins chicos ». Une rencontre agréable avec un patron assez original : il vit à Rhodes en hiver, cultive fruits et légumes et les transforme de façon très personnelle (par ex : des olives confites, un délice dans les salades !).

L'installation de désalinisation bien utile sur cet îlot !
L'installation de désalinisation bien utile sur cet îlot !
L'installation de désalinisation bien utile sur cet îlot !
L'installation de désalinisation bien utile sur cet îlot !
L'installation de désalinisation bien utile sur cet îlot !
L'installation de désalinisation bien utile sur cet îlot !

L'installation de désalinisation bien utile sur cet îlot !

Nous ne passerons qu’une nuit à Arki, il faudra y revenir, mais la météo nous pousse à remonter vers l’île de Samos et à se mettre à l’abri à l’Est de l’île, partie bien préservée des assauts de Meltem.

Nous passons dans le chenal large de 1,6 km qui sépare l’île de Samos de la côte turque. Et paradoxalement, nous avons un gros vent d’Est dans ce chenal. Des dauphins viennent jouer autour de Yamas, on préfère profiter pleinement de cet instant magique, plutôt que d'avoir l'œil sur l'objectif !

On se dirige vers la baie de Kerveli où il y a déjà plusieurs voiliers au mouillage. Nous faisons malgré tout un essai, mais on se rend vite compte que nous sommes en voie de collision avec un voilier allemand, à l’équipage très sympa par ailleurs.

Qu’à cela ne tienne, nous poursuivons jusqu’à la baie suivante, Mégali Lakka. Là on est tout seul, on mouille dans 3m de sable et on peut se baigner sans maillot ! Il y a une petite chapelle, de grandes tables avec toile cirée, une installation barbecue et beaucoup de déchets divers. Nous apprendrons plus tard que c’est une destination à la journée pour les bateaux d’excursion.

L'eau est si claire qu'on aperçoit facilement l'ancre plantée dans le sable !
L'eau est si claire qu'on aperçoit facilement l'ancre plantée dans le sable !
L'eau est si claire qu'on aperçoit facilement l'ancre plantée dans le sable !
L'eau est si claire qu'on aperçoit facilement l'ancre plantée dans le sable !
L'eau est si claire qu'on aperçoit facilement l'ancre plantée dans le sable !

L'eau est si claire qu'on aperçoit facilement l'ancre plantée dans le sable !

Nous passerons 3 semaines à Samos. Ce n’est pas habituel pour nous qui apprécions de caboter d’une île à l’autre. Mais il y a 2 raisons à cela : le Meltem, ce vent d’été venant du Nord et qui ne se calme pas, et d’autre part, le fait que Nadine prendra son vol de retour début juillet à Samos.

Autant dire que nous avons circulé autour et sur l’île de Samos, en voilier et en voiture, de l’Est à l’Ouest et du Nord au Sud !

Sur la côte Est de l’île, nous avons mouillé dans la baie de Mourtia : une plage gérée de façon remarquable. Une petite « Cantina », des parasols et lits de plage gratuits, des poubelles et même des distributeurs de sachets pour crottes de chien ! Tout est propre, l’ambiance est chaleureuse, la plage est fréquentée principalement par des locaux qui y mettent leur barque à l’abri. Aucune habitation, l’accès se fait uniquement par la route ou la mer.

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Retour dans la baie de Kerveli, où cette fois, il n’y a plus personne. Nous y resterons quelques nuits et on en profitera pour faire des plongées avec l’école de plongée basée à l’hôtel Kerveli, situé en haut de la falaise. A notre arrivée, les plongeurs reviennent d’une session avec un paquet de vêtements repêchés en plongée (des jeans, des pagnes africains…..) : deuxième preuve pour nous du problème de migration dans la région, nous sommes secoués !

La baie est ouverte à l'Est, belle occasion pour le lever de soleil sur la côte turque !
La baie est ouverte à l'Est, belle occasion pour le lever de soleil sur la côte turque !
La baie est ouverte à l'Est, belle occasion pour le lever de soleil sur la côte turque !
La baie est ouverte à l'Est, belle occasion pour le lever de soleil sur la côte turque !

La baie est ouverte à l'Est, belle occasion pour le lever de soleil sur la côte turque !

Sur la côte Sud de l’île, on mouillera dans la baie de Poseidonion, accroché à une bouée, c’est une baie qui a beaucoup de succès auprès de voileux, contrairement à celle qui se trouve juste à côté : la baie de Klima, plus calme et surtout avec une excellente taverne « Kaduna » (qui signifie le coin). Leurs sardines grillées, un régal !

La baie de Poseidonion

La baie de Poseidonion

La baie de Klima
La baie de Klima
La baie de Klima

La baie de Klima

Si les petits bungalow de location privatise eux aussi la plage, où pourrons-nous encore aller !!

Si les petits bungalow de location privatise eux aussi la plage, où pourrons-nous encore aller !!

Un bouquet de chardons, original et un peu périlleux à la cueillette !

Un bouquet de chardons, original et un peu périlleux à la cueillette !

Toujours au Sud de l’île, la baie de Psili Amon : moins agréable car plus de constructions, de parasols et de bars de plage dont un énorme, qui promet d’être bien bruyant en pleine saison !

Et juste derrière, une réserve naturelle
Et juste derrière, une réserve naturelle

Et juste derrière, une réserve naturelle

Toutes ces baies sont situées à quelques encablures de la côte turque et lors de nos balades le long de la côte, nous trouvons régulièrement dans la nature des gilets de sauvetage abandonnés, des bateaux gonflables hors d’usage, on ne peut pas ne pas penser à toute cette misère humaine !

Et un poste militaire aux aguets !
Et un poste militaire aux aguets !
Et un poste militaire aux aguets !
Et un poste militaire aux aguets !
Et un poste militaire aux aguets !

Et un poste militaire aux aguets !

Avant d’aller vers le port de Pytagorion, nous mouillons devant une très large plage, Mytika. Une plage de galets très étendue, avec seulement quelques constructions, dont un hôtel avec piscine et école de voile et une petite maison pour location de vacances. Cet endroit pourrait être une prochaine destination pour des vacances familiales. Comme il se trouve proche d’une réserve naturelle, les constructions sont très limitées et donc peu de monde pour une immense plage !

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

En avant toutes pour le port de Pytagorion. A l’arrivée, le responsable du port nous signale par VHF qu’il n’y a pas de place pour nous et on s’apprête à mouiller dans l’avant-port, lorsqu’il nous rappelle pour nous dire d’entrer. Nous irons cul à quai avec pendilles, aidés par un adorable marinero !

 

Et quelle adorable petite ville ! De belles maisons transformées pour la plupart en tavernes, des ruelles en pierres, des boutiques….et un beau château très bien restauré en bord de falaise.

On ne risque pas d’oublier que c’est la ville natale de Pythagore, une immense statue à l’entrée du port nous le rappelle.

Et les vedettes Frontex bien entendu !
Et les vedettes Frontex bien entendu !
Et les vedettes Frontex bien entendu !
Et les vedettes Frontex bien entendu !
Et les vedettes Frontex bien entendu !
Et les vedettes Frontex bien entendu !
Et les vedettes Frontex bien entendu !

Et les vedettes Frontex bien entendu !

Un beau château au sommet de la falaise juste à côté de la ville de Pytagorion, entouré d'un site archéologique et du cimetière.  Et au retour du château, une belle surprise, nous passons par "la rue bleue", une ruelle pleine de charme habitée par les artistes locaux.

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
La rue bleue
La rue bleue
La rue bleue
La rue bleue

La rue bleue

Notre escale au port nous permet de louer une voiture pour le ravitaillement et la découverte de l’île par voie terrestre. Direction Vathi, la capitale sur la côte Nord. Un immense port très inconfortable, seules les vedettes Frontex et celles des garde-côtes y sont amarrées. Lors de notre promenade, nous découvrons des dizaines de moteur hors-bord réquisitionnés et stockés à côté des locaux des garde-côtes. Décidemment, les problèmes d’immigrations nous reviennent en pleine figure régulièrement.

Ulysse n'a pas beaucoup l'occasion de brouter la bonne herbe !
Ulysse n'a pas beaucoup l'occasion de brouter la bonne herbe !
Ulysse n'a pas beaucoup l'occasion de brouter la bonne herbe !
Ulysse n'a pas beaucoup l'occasion de brouter la bonne herbe !
Ulysse n'a pas beaucoup l'occasion de brouter la bonne herbe !

Ulysse n'a pas beaucoup l'occasion de brouter la bonne herbe !

Nous retiendrons surtout de cette excursion, le très joli petit port de Kokkaria sur la côte Nord, les villages de montagne de Vourliote, où nous avons déjeuné sous les platanes,  et celui de Manolates.

Le petit port de Kokkaria
Le petit port de Kokkaria
Le petit port de Kokkaria
Le petit port de Kokkaria

Le petit port de Kokkaria

Le village de montagne de Voulitses
Le village de montagne de Voulitses
Le village de montagne de Voulitses
Le village de montagne de Voulitses

Le village de montagne de Voulitses

Et le charmant village de Manolates
Et le charmant village de Manolates
Et le charmant village de Manolates

Et le charmant village de Manolates

L’île a été victime d’un tremblement de terre en octobre 2020 et nous en voyons les conséquences dans ces villages : d’anciennes maisons écroulées, d’autres marquées par des sigles spéciaux suite à la visite d’experts signifiant inhabitable, à rénover ou saine.

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Le guide vert nous indique un petit village de pêcheurs sur la côte Nord de l'île, Agio Konstantinos, mais grosse déception, c'est un endroit complètement endormi, avec beaucoup de maisons abandonnées. Par contre, on passe par Agio Nicolaos, situé aussi en bord de mer, très très au bord même !!!

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Revenons plus en détail sur une journée particulière : nous voulons aller plus à l’Ouest de Samos, direction Marathokampos. Mais le vent se lève brutalement plein Ouest, la mer se déchaîne et on revient sur notre décision, on rebrousse chemin, direction Ireon, une petite ville dans une baie qui semble bien protégée des vents d’Ouest. Trois tentatives de mouillages, trois échecs ; l’ancre dérape sur des cailloux ! On reprend encore plus vers l’Est, dans une très large baie en face de l’aéroport. Youpie, c’est du sable et ça accroche bien. On va à terre en annexe, on traverse un hôtel luxueux et on se retrouve sur une très belle plage sauvage, entre rochers et tamaris, avec vue sur le château de Pytagorion et tout près d’une école de voile au personnel très accueillant. Le patron nous signale très gentiment et document à l’appui que nous ne pouvons pas mouiller là, car nous sommes dans l’alignement de la piste d’aéroport. Il est préférable de mouiller plutôt devant le château. En revenant à bord, on se rend bien compte de notre situation puisqu’un avion nous passe au-dessus de la tête !

On voit la piste au loin
On voit la piste au loin
On voit la piste au loin

On voit la piste au loin

Après nos 3 tentatives à Ireon, on n’en est plus à un mouillage près… et nous voilà mouillé devant le château, non loin de notre point de départ du matin !!

Mouillage devant le fameux château
Mouillage devant le fameux château

Mouillage devant le fameux château

On refera une nouvelle tentative vers l’Ouest quelques jours plus tard et on arrivera au port d’Ormos à Marathokampos sans encombre. Amarré en longside dans un port moderne non géré avec en sus, eau et électricité gratuite. Nous y retrouvons  Jean-Michel et Yolande, des français rencontrés à Loutra sur Kithnos. Ils nous disent que c’est leur destination pour les mois d’été !

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Et tout le monde profite de la gratuité !

Et tout le monde profite de la gratuité !

La petite localité d'Ormos est surtout remarquable pour ses magnifiques fresques murales rappelant son activité de chantier naval.

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Nous resterons au port d’Ormos plusieurs jours, espérant pouvoir faire un petit tour jusqu’à Ikaria, l’île voisine, mais le Meltem ne se calme pas et il n’y aura pas de fenêtre météo favorable. Qu’à cela ne tienne, il y a de belles promenades le long de la plage, une excellente taverne sous les tamaris et nous irons même à pied jusqu’à Marathokampos à 3 km dans les hauteurs (1h de marche). Mais que de vent !! Des rafales incessantes allant jusqu’à 30-35 nœuds de nuit comme de jour, c’est exténuant !

Un p'ti Samos doux en apéro sous les tamaris
Un p'ti Samos doux en apéro sous les tamaris

Un p'ti Samos doux en apéro sous les tamaris

André n'a pas perdu son temps : il a remis l'ancre à neuf !
André n'a pas perdu son temps : il a remis l'ancre à neuf !

André n'a pas perdu son temps : il a remis l'ancre à neuf !

A pied jusqu'à Marathokampos
A pied jusqu'à Marathokampos
A pied jusqu'à Marathokampos
A pied jusqu'à Marathokampos
A pied jusqu'à Marathokampos
A pied jusqu'à Marathokampos

A pied jusqu'à Marathokampos

Une autre balade vers la retenue d'eau, Ulysse est épuisé !
Une autre balade vers la retenue d'eau, Ulysse est épuisé !
Une autre balade vers la retenue d'eau, Ulysse est épuisé !
Une autre balade vers la retenue d'eau, Ulysse est épuisé !

Une autre balade vers la retenue d'eau, Ulysse est épuisé !

La veille de notre départ d'Ormos, nous sommes allés en soirée à Marathokampos pour une fête de village. Un monsieur qui devait avoir pas loin de 90 ans nous a beaucoup ému : passionné de danse, avec un rythme et un enthousiasme magnifique, il nous a donné une belle leçon de vie !

Le départ de Nadine approche, nous quittons le port pour revenir plus à l’Est et se rapprocher de l’aéroport. Nous mouillons dans la baie que nous apprécions beaucoup, la baie de Klima pour les deux dernières nuits avant le vol de Nadine vers Athènes puis Bruxelles.  La navigation sera « rock and roll » : 6-7 Beaufort avec rafales à 8 au départ ; on file à 7 nœuds avec la grand-voile en string ! Puis passé le cap, le vent devient Est, et ce sera moteur à fond contre le vent pour arriver à Klima, dans le calme complet. Ceci confirme bien que Samos est divisée en deux par rapport au Meltem : à l’Est c’est calme, et à l’Ouest c’est la tempête.

Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large
Les îles de Arki et Leros puis l'île de Samos en long et en large

Nous aurons donc passé 3 semaines à Samos, une île qui a toute notre admiration. Une île très verdoyante et boisée, de l’eau en abondance, des habitants chaleureux, très peu de grandes structures touristiques, et surtout une activité agricole bien présente, non seulement les vignes, et leurs vins réputés (vin doux de Samos par exemple), mais aussi beaucoup de cultures maraîchères.

Nous ne savons pas comment les habitants vivent la problématique de l'immigration, il est vrai qu'on n'a pas vu de migrants en ville, ils sont "casés" dans un camp-prison, loin des regards. Mais les preuves de migration clandestine sont bien présentes et cela nous a mis face à cette réalité bien triste et choquante. 

Je ne sais pas si je vais manquer à Ulysse, mais lui va certainement me manquer ! Et ceci sans vexer André !
Je ne sais pas si je vais manquer à Ulysse, mais lui va certainement me manquer ! Et ceci sans vexer André !

Je ne sais pas si je vais manquer à Ulysse, mais lui va certainement me manquer ! Et ceci sans vexer André !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Vous êtes aussi rayonnants que ces fabuleuses images! Merci encore mais aussi pour ce rappel que notre UE et peut être même nous, aussi devrons répondre à beaucoup dans les années à venir par rapport à cette insupportable situation des réfugiés ...
Répondre